• Facebook
  • Dailymotion

Témoignages Soeurs C.P.C.R.

Évaluer cet élément
(4 Votes)

 Toi, suis moi...

 Plan :  Libres propos sur l'Appel à la vie religieuse         
   Témoignage de Sr. Marie Cécile 
 
   Témoignage de Sr Myriam  
     

 

 

 

 

Libres propos sur l'Appel à la vie religieuse

Que cache ce voile ?
     
Qu’est-ce qui leur prend ?  
Et ce mystère demeure
Si le monde savait...  
 On ne quitte pas le monde  
Un éclairage d'Eglise
 
Un amour déçu ?  
Un tuyau  
   

Comment devient-on religieuse ?
A cette question, qui contient en elle-même tellement d'interrogations sur ce mystère que l’on nomme l'appel, nous pouvons donner plusieurs réponses. Des réponses objectives, théoriques, pratiques, comme celles données dans l’onglet Formation et des réponses plus personnelles, propres à l’histoire de chacun. Mais, en fait, la seule certitude que nous ayons sur ce sujet semble que cet appel demeure un mystère tant pour ceux et celles qui sont appelés que pour ceux qui ne le sont pas.

En fait, nous avons quand même une autre certitude, comme son nom l'indique il s'agit d'un APPEL et d'une réponse à celui-ci. Devenir prêtre, religieux, religieuse n’est pas d’abord notre choix. Je n’ai pas confiance en ce séminariste, cette novice, qui dit : « J’ai choisi cette voie ». Cela ne me plaît pas ! Cela ne va pas ! Mais c’est la réponse à un appel et à un appel d’amour. Je sens quelque chose à l’intérieur, qui me trouble, et je réponds oui. Pape François 6 juil 2013 Rencontre avec les séminaristes et les novices

Soeur à la chapelle, de dos

Que cache ce voile ?
En effet, derrière chaque voile, derrière chaque bure ou chaque col romain… se lit une histoire unique, une histoire d'amour. Et comme toutes les histoires d'amour, celle-ci ne s'explique pas, ou mal... c'est une chose comme ça qui vient d'on ne sait où et vous prend tout à coup... chantait Edith Piaf.
Nous savons, nous, d'où vient l'amour : de sa source unique qui est Dieu. Dieu est Amour ! Mais pour le reste, Piaf pouvait avoir raison car avec Dieu aussi cela peut vous prendre tout à coup...
Combien de conversions fulgurantes, de vies qui, tout à coup, retrouvent leur sens. Combien d’entrées au couvent ou au monastère de jeunes qui n’avaient pourtant pas du tout, aux yeux du monde et à leurs propres yeux, le look catho… Combien d’entrées aussi de jeunes qui, eux, ont toujours su qu'ils seraient tout à Dieu et cela est très beau.Félicitation M Générale Sr Myriam
Mystère que ces jeunes qui, au XXIè siècle, semblaient pourtant avoir un avenir prometteur "dans le monde" et qui, aujourd’hui encore, vont s'enfermer entre les murs d'un monastère... Mais ce n’est pas possible ! Quel est cet appel qui semble plus fort que tout ?


Qu’est-ce qui leur prend ? Ont-ils entendu une voix ?
Qui sait... ? Mystère ?

Oui, Mystère lié au mystère du cœur de l'homme et de la folie divine pour l'homme. L'écrivain Clive Staples Lewis, fait dire à Screwtape (un démon expérimenté) à son neveu (un jeune blanc-bec de démon) dans son ouvrage indémodable "La tactique du diable", quelque chose du style : ce n'est pas possible que Dieu puisse aimer à ce point ces créatures minables que sont les hommes... Il y a là un mystère qui m’échappe ! – grogne le vieux démon qui ne supporte pas de voir Dieu faire alliance de la sorte avec ces pauvres glaiseux que nous sommes, comme dit F. Hadjadj (dans son ouvrage décoiffant « La foi des démons »).

 

Mystère aussi pour nous qui sommes appelés.

Appelés parce que meilleurs que les autres ? Sûrement pas ! Au contraire, ai-je parfois envie de dire. Appelés parce que peut-être pires, alors pour éviter le pire... le Bon Dieu nous met de côté... Mais non ! Là non plus n’est pas la réponse.
Appelés parce que appelés gratuitement par Dieu, sans mérite aucun de notre part. Mystère de cette gratuité de l’amour divin à laquelle on a tant de mal à croire. Qu’on soit né dans un bénitier ou au contraire qu’on soit tombé dedans très tard, comme dit St Augustin à St Ambroise en lui montrant le crucifix : Regarde bien Jésus sur la Croix et rappelle-toi qu’il n’a pas moins souffert sur cette croix pour te garder vierge que pour me rendre à moi ma virginité. Donc, Ambroise, ne fais pas le malin. Nous sommes tous le fruit de la grâce de Jésus Crucifié. (cf. P. Nicolas Buttet « Le disciple que Jésus aime ») Dans les couvents il y a des Ambroise et des Augustin… des Marie et des Madeleine...

Si le monde savait.
Mariage princierMais si le monde se rendait compte de ce que cela signifie : Etre appelé par Dieu et répondre oui à cet appel divin. Si nombre de parents, de religieux ou de prêtres, prenaient conscience que cette vie est une réponse généreuse de leur enfant à DIEU qui l'appelle, rien que ça ! Ils cesseraient peut-être de se lamenter quand ça leur tombe dessus... Comme si un tel appel était une catastrophe. Que leur fille épouse le prince de ??? Quelle joie ! Mais on déplore qu'elle réponde un oui généreux au Roi des rois. Car n’oublions pas : couper cette réalité de cette autre réalité qu'est un appel de Dieu, serait réduire la vie religieuse à une pure et simple folie...Ste Thérèse de l'Enfant Jésus
Oui notre vie est une histoire d’amour, amour exclusif avec Dieu. Et comme chantait Ste Thérèse de l'Enfant Jésus : Vivre d’Amour, c’est vivre de ta vie, Roi glorieux, délice des élus.  Tu vis pour moi, caché dans une hostie, je veux pour toi me cacher, ô Jésus ! A des amants, il faut la solitude, un cœur à cœur qui dure nuit et jour, ton seul regard fait ma béatitude. Je vis d’Amour !…


 

On ne quitte pas le monde.
moine trappisteOn vit dans le monde et pour le monde mais autrement. Comme disait un vieux trappiste à un jeune homme qui ne comprenait pas le sens d’une telle vie et blâmait son inutilité, car passe encore que vous soyez infirmière… mais cloîtrés alors là… vous avez quelque chose du parasite. Et le vieux moine barbu de répondre  : T'es malade du ciboulot ou quoi ? ! Les racines d'un arbre on ne les voit pas et pourtant elles sont bien utiles...
On ne quitte pas le monde parce qu’on ne l’aime pas, mais, parce qu'on l'aime, on tâche d'y vivre autrement pour répondre à Celui qui l'a créé par amour et pour y déverser son amour.

Parfois on pense aussi qu’on se retire parce qu’on n’aime pas la vie ou qu'on méprise le mariage… On ne rejette ni la beauté de la vie ni celle du mariage, bien au contraire ! Mais parce qu’on aime  et respecte l’un et l’autre on peut les offrir en sacrifice.

 

 

 Un éclairage d'Eglise

Un passage de Familiaris consortio, St Jean Paul II, 1981, peut nous éclairer sur ce sujet.

mariésMaries autel16. La virginité et le célibat pour le Royaume de Dieu ne diminuent en rien la dignité du mariage, au contraire ils la présupposent et la confirment... Là où il n'y a pas d'estime pour le mariage, il ne peut pas y avoir non plus de virginité consacrée; là où l'on ne considère pas la sexualité humaine comme un grand don du Créateur, le fait d'y renoncer pour le Royaume des cieux perd son sens...

En rendant le cœur de l'homme particulièrement libre «pour qu'il brûle davantage de l'amour de Dieu et de tous les hommes», la virginité atteste que le Royaume de Dieu et sa justice sont cette perle précieuse que l'on doit préférer à toute autre valeur, si grande qu'elle soit, et qu'il faut même rechercher comme l'unique valeur définitive.

Tout en ayant renoncé à la fécondité physique, la personne vierge devient féconde spirituellement, père et mère d'un grand nombre, coopérant à la réalisation de la famille suivant le dessein de Dieu.

 

 

 

Un amour déçu ?
Voile au vent

Niez les réalité énoncées précédemment et vous trouverez toutes les raisons, et des plus farfelues, pour expliquer la vie religieuse. Combien pensent, encore aujourd'hui, au XXIè siècle, qu'on se retire dans un couvent suite à un amour déçu ou par crainte d'affronter les difficultés du monde professionnel... Si cela était, ça risquerait de ne pas durer très longtemps, car sans la grâce de Dieu, même une nature généreuse ne tiendrait pas… Ce n’est qu’avec la grâce de Dieu, qu'Il nous assure parce qu'Il nous a appelés, qu’on tient un jour après l'autre dans cette vie qui, on vous l’accorde, n’est pas la voie la plus naturelle, la plus commune comme on disait auparavant.
Il arrive aussi qu'avec un regard quelque peu compatissant et une petite mou on explique la situation avec un : oh celui-ci, oh celle-ci, … un pauvre type, une brave fille..., et puis avec la tête qu’elle a elle ne pouvait guère trouver mieux – ou au contraire – une belle fille comme ça, quel gâchis ! En effet,
Dieu n’appelle pas que les désœuvrés malgracieux. Dans la vie religieuse il y a de tout comme dans la vie tout simplement. Dans les coulisses d’un monastère ou d’un couvent vous trouverez tous les styles, toutes les catégories sociales venant de tous les coins du globe... Parce que Dieu ne porte pas le même regard... Rien que cette réalité devrait déjà faire réfléchir ! Oui, plaise à Dieu en effet que nous soyons tous de vrais pauvres ainsi nous serons bienheureux, car le Royaume des Cieux nous appartient et ce dès à présent ! Et plaise à Dieu, qu’avec sa grâce, nous soyons vraiment braves, mais braves jusqu’au bout !

 

Hirondelles 1961Hirondelles 2011Alors si Dieu vous appelle... N'ayez pas peur !
Il n'enlève rien,
Il donne tout.

(Benoît XVI)


 

Un petit tuyau, si vous voulez en savoir d’avantage : quand vous rencontrez un prêtre, un religieux(se), un évêque ou même une Mère abbesse, n’hésitez pas à lui demander de vous raconter un peu sa vocation. Vous serez toujours surpris !
Sr. Chantal Marie, C.P.C.R., professe perpétuelle

 

 ____________________________________________________________________

 

 Témoignages de Soeurs

 

Sr Marie Ceclie en chalanSr Marie Cécile, professe temporaire

Dans notre Congrégation ce qui m’a attirée en premier a été l'accueil car c'est une des caractéristiques que l'on y trouve ainsi que la joie. Je me souviens de ma première retraite spirituelle avant d'entrer durant laquelle j'ai été émerveillée d'entendre les éclats de rire des religieuses.
J'avais une image très fausse de la vie religieuse et des religieuses elles-mêmes. Pour moi, elles n'avaient pas eu une enfance, elles avaient été des adolescentes ordinaire et, adultes elles ne se posaient pas la question du mariage car elles n'avaient jamais eu de sympathie pour les garçons. Ce ne pouvait donc être que des personnes tristes. En entrant ici j'ai découvert un univers d'amour fraternel où chacune tend à la perfection et où la  charité est très présente.
La maison de formation est le lieu où j'apprends à me détacher de moi-même (ce qui est le plus difficile) ainsi que des biens matériels non essentiels. C'est une école de liberté pour moi, là je suis invitée à aimer en vérité et donc à aimer davantage.
J'ai aussi la chance d'étudier, d'avoir des lectures spirituelles, des moments d'adoration et tout ceci nourrit mon âme chaque jour. Cela m'apporte beaucoup pour approfondir ma Foi et ma relation à Dieu.
M Marie Léa et Sr Mie Cécile avec la brouetteIci je fais des tâches multiples et variées. Mère Marie Léa, notre maîtresse de formation, m’enseigne à cuisiner, à coudre, à jardiner... J'y trouve mon plein épanouissement et surtout :  je suis vraiment heureuse de vivre avec Dieu.
Enfin j'ai trouvé une véritable famille car dans la vie communautaire nous partageons tout : nos joies et nos peines...
S'il me fallait résumer ce que je vis à la maison de formation je dirai que c'est le lieu où j'ai trouvé le véritable bonheur ! 

 


Sr Myriam en prière

Sr Myriam, professe temporaire

Après avoir fait plusieurs retraites spirituelles de St Ignace de Loyola, il était évident pour moi, que le Seigneur m'appelait à devenir Coopératrice Paroissiale du Christ Roi.
Je suis entrée le 13 mai 2009 à la maison de formation, dans la Drôme, pour commencer mon apprentissage de la vie religieuse. Je retrouve la paix, la joie et l'ambiance fraternelle que j'avais découvertes chez les Coopératrices en Bretagne. Sr Myriam en étude
Les temps de prière sont ceux que je préfère : la méditation du matin me permet d'approfondir l'Évangile et de connaître davantage Jésus, l'adoration de l’après midi est le moment où je peux louer le Seigneur pour tous les bienfaits qu'Il me donne chaque jour... La liturgie des heures unit toute notre Congrégation à l'Église universelle dans une même prière… sans oublier le summum de la journée où Jésus se donne à nous pendant la Sainte Messe. Et bien entendu, le chapelet prié ensemble, nous permet de faire passer notre vie par les mains maternelles de la Vierge Marie. Trois fois par an, nous recevons ici à la maison de formation des jeunes filles pour des retraites spirituelles, cela nous donne un avant goût de ce que sera notre vie dans les Maisons d'Exercices. Prier et se sacrifier pour elles et plus particulièrement pour les hommes adultes me motive à me donner davantage à Dieu d'autant plus que nous vivons dans une société déchristianisée. En avant pour la suite de la formation…

 

Lu 2699 fois